1- Le nettoyage
 
Le nettoyage sert avant tout à stabiliser l’objet et lui  redonner un état proche de celui de l’origine avant de le traiter.
Il s’agit de retirer les matières étrangères comme la poussière, les dépôts graisseux, les sels solubles, les concrétions calcaires et éventuellement les matériaux d’anciennes restaurations qui peuvent endommager l'oeuvre (adhésifs , mastics , agrafes, rouille , vernis , peintures)
Un nettoyage ou une dé-restauration  sont des traitements irréversibles dont les risques et les conséquences doivent être évalués sérieusement.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

2- Le collage
 
Le choix de l’adhésif doit être adapté selon le type de la pâte de l’objet; résistant pour les pâtes dures comme la porcelaine, ou plus souple pour  les pâtes les plus fragiles comme les terres cuites. Comme pour tous les produits employés, les adhésifs se doivent d’être réversibles.
Il convient de faire un montage «à sec» pour établir les difficultés.Application de l’adhésif par infiltration ou pose direct sur le tesson selon la porosité de la pâte, puis pose de scotch perpendiculairement à la cassure pour maintenir une tension régulière sur l’ensemble de l'oeuvre.
4 – Le ponçage/ reprise du fond coloré
 
Le ponçage est une étape longue et minutieuse qui devra être réalisée parfaitement. Tout défaut de ponçage est immédiatement accentué lors de la pose du fond pictural. 
Lorsque la surface est poncée et lisse, on peut réaliser la peinture qui viendra restituer les couleurs de fond de l’émail, celles sur lesquelles les décors sont disposés. Un émail n’est jamais uniforme et  nécessite de réaliser plusieurs couleurs à alterner pour imiter toutes les nuances du fond.L’aérographe permet d’obtenir un aspect très lisse sans démarcation et une retouche très précise car il convient de ne couvrir que le nécessaire.
6 – Le vernis final ou émaillage
 
Le vernis final vient protéger l’ensemble de la restauration et lui donner le même
aspect de brillance ou de matité.
Il conviendra d’appliquer un diluant spécifique à l’interface entre l’émail et le vernis pour homogénéiser l’ensemble et éviter toute démarcation.Cette étape est délicate, elle nécessite de l’expérience avant d’être réalisée parfaitement.
3 – Le comblement des lacunes/reprise d’éléments sculptés
 
On applique le mastic de comblement afin de restituer un aspect de surface identique à l’état initial de l'oeuvre et pour permettre d’effectuer une reprise picturale invisible. 
Le mastic peut également être teinté pour se rapprocher de la teinte de surface et limiter la retouche picturale.
C’est à cette étape qu’il convient aussi de restituer les éléments sculptés manquants ( mains , pieds, fleurs en relief, anses.) soit manuellement soit par moulage.
 
 
 
 
 
 
 
 

 

5 – La reprise de décors au pinceau

 

C’est l’étape où l'oeuvre va retrouver son intégrité esthétique car les motifs vont réapparaître sous le pinceau.Comme pour le fond, il faudra souvent plusieurs passages pour traduire la profondeur ainsi que la matière du motifs (lisse, flouté, pointillé, tamponné).Il nécessite parfois de prendre des photos avant intervention pour restituer les motifs les plus complexes qui sont en partie masqués par le fond.Il faut pour terminer, restituer les éventuelles usures de l’émail sans quoi une oeuvre paraitrait trop neuve, ainsi que les craquelures ou tout autre effet visuel à la surface.

 

Les différentes restaurations

 

Elle designe toute intervention sur des oeuvres offrant un caractère historique et non esthétique.
L’oeuvre archéologique se place comme témoin d’une époque révolue et donc comme sujet d’observation permettant d’établir des hypothèses sur le mode de vie d’une civilisation à une époque donnée.
Pour cela, la restauration reste visible mais discrète pour permettre la lecture de l’oeuvre sans en masquer ses altérations.
1-Restauration archéologique ou de musée
2-Restauration illusionniste
 
Elle permet de rendre le caractère esthétique et décoratif à celle-ci en visant à restituer l’image initiale de l’objet en masquant les altérations toujours par une intervention réversible. 
 
Il est toutefois préférable de proposer une restauration illusionniste sur la partie la plus visible de l’oeuvre tout en laissant visible les dégradations sur la partie cachée comme témoignage du vécu de l’oeuvre.

 

Coiffeuse marbre-Etat initial
Coiffeuse marbre-après restauration
coiffeuse,pied rongé insectes
Pied restauré/mastic/vernis
Coiffeuse-Après restauration
Console bois doré-Etat initial
Console bois doré-aprés nettoyage
Miroir doré-Lacunes-Etat initial
Miroir doré-restitution feuille
Miroir doré-feuille restituée dorée

Plat Théodore Deck

Elle permet de rendre le caractère esthétique et décoratif à celle-ci en visant à restituer l’image initiale de l’objet en masquant les altérations toujours par une intervention réversible. 
 
Il est toutefois préférable de proposer une restauration illusionniste sur la partie la plus visible de l’oeuvre tout en laissant visible les dégradations sur la partie cachée comme témoignage du vécu de l’oeuvre.

 

 

2-Restauration semi-illusionniste

LA RESTAURATION DE CERAMIQUE

Comblement de la partie manquante et modelage de la prise sur le dessus.

Restitution du morceau manquant grâce au  moulage.

Pendant le comblement

Etat final